La petite boîte qui peut sauver une vie

LE GRAND-FIGEAC ADHÈRE AU PLAN NATIONAL NUTRITION SANTÉ (PNNS)

Dans le cadre des actions du Contrat Local de Santé, de promotion de la santé et de prévention dans le champ de la nutrition, le Grand-Figeac s'engage à être « Collectivité active PNNS ». Ce plan de santé publique lancé en 2001 vise à améliorer l'état de santé de la population en agissant sur l'un de ses déterminants majeurs : la nutrition.
Ici le terme nutrition s'entend comme l'équilibre entre les apports liés à l'alimentation et les dépenses occasionnées par l'activité physique. La promotion d'un bon état nutritionnel contribue à la réduction des facteurs de risque des maladies les plus fréquentes dont souffre la population : maladies cardio-vasculaires, nombreux cancers, obésité, diabète, etc.

La première action très concrète est de répondre à l'appel à projet lancé par l'Agence Régionale de Santé (ARS) Occitanie.

Le projet doit proposer des actions portant sur au moins deux des champs suivants :
Carré bleu l'alimentation équilibrée
Carré bleu la pratique d'une activité physique régulière et la mobilité active au quotidien
Carré bleu la prévention de la sédentarité
Carré bleu la préservation du sommeil

Le projet doit concerner au moins deux des publics ciblés suivants :
Carré bleu les mères et les jeunes enfants
Carré bleu les enfants et les adolescents
Carré bleu les personnes en situation vulnérable (personnes en situation précaire, personnes en situation de handicap, personnes en insertion)
Carré bleu les personnes âgées

Outre l'obtention de subventions, l'intérêt est de valoriser et de donner plus de visibilité aux actions de prévention nutrition déjà engagées sur le territoire, de les structurer de façon cohérente, d'en envisager de nouvelles afin de développer l'accès à la prévention dans le champ de la nutrition sur le Grand-Figeac, un des objectifs du Contrat Local de santé.

Il est probable que le format évolue en 2018 pour aboutir à la contractualisation d'un CPOM (Contrat Pluriannuel d'Objectifs et de Moyens) entre l'ARS et le Grand-Figeac dans le cadre du Contrat Local de Santé, ce qui permettra de pérenniser ces actions de prévention nutrition.

ESPÉDAILLAC
Succès de l'opération « la petite boîte qui peut sauver
une vie »

Initiative venue d'Angleterre, relayée en France par le Lions Club dans 11 départements, « la petite boîte qui peut sauver une vie », déjà expérimentée à la Communauté de Communes du Causse de Labastide-Murat en 2015, vient d'être déployée sur la commune d'Espédaillac.

Le projet, porté par M. Magne, Maire d'Espédaillac, son Conseil Municipal et le Centre Communal d'Action Sociale, a été présenté aux partenaires et à la presse le 15 décembre 2016.
L'objectif est de faire gagner un temps précieux lors des interventions médicales d'urgence à domicile en regroupant tous les renseignements personnels et médicaux sur un document placé dans une petite boîte en plastique, rangée à l'intérieur du réfrigérateur. Les secours repèrent la présence du dispositif grâce à un autocollant sur la porte d'entrée (côté intérieur).
Le dispositif, délivré gratuitement, s'adresse en priorité aux personnes de 60 ans et plus vivant dans la commune, mais tout habitant peut en faire la demande.

L'investissement de 700 € (350 boîtes et autocollants) a été financé à hauteur de 400 € par le Crédit Agricole et 300 € par la MSA.
La distribution effectuée en porte à porte par les 8 membres bénévoles du CCAS a reçu un très bon accueil de la population.
Plus de 150 personnes ont déjà adopté le dispositif à leur domicile.
Un courrier d'information vient d'être envoyé aux professionnels de santé, au SDIS, à la Gendarmerie et au SAMU.
Après évaluation du dispositif, si les résultats sont concluants, une réflexion sera menée dans le cadre du Contrat Local de Santé pour permettre d'étendre « la petite boîte qui peut sauver une vie » sur le territoire du Grand-Figeac.

 


 

MAISON DE SANTÉ DE LEYMEMaison de santé de Leyme
Les travaux d'aménagement se poursuivent

Les travaux de la Maison de Santé de Leyme débutés en octobre 2016 avancent bien.
Le projet concerne la rénovation d'un ancien pavillon, situé rue des écoles, afin d'y créer un cabinet infirmier, un cabinet de médecin généraliste, avec un espace d'attente, un accueil, un secrétariat et une salle de réunion pour une surface utile totale de 127 m2.

La livraison est prévue pour novembre 2017. Le cabinet secondaire du Docteur Popovici y sera transféré ainsi que le cabinet des 3 infirmiers.
L'offre médicale sera complétée par la présence d'un médecin salarié et d'un(e) secrétaire du futur Centre de Santé, à hauteur de 4 demi-journées par semaine.

L'opération d'un montant global de 164 100 € HT a été subventionnée à près de 70 % avec la répartition suivante : l'État (59 636 €), le Fonds National d'Aménagement et de Développement du Territoire (22 818 €), la Région Occitanie (22 800 €), le Département du Lot (8 526 €). Le reste à charge de la Commune de Leyme, maître d'ouvrage, est de 50 320 €.
Pour soutenir le projet, le Grand-Figeac a voté un fonds de concours de 50 % du reste à charge soit 25 160 €.

 

 

Le chantier courant novembre

Le chantier courant novembre

LA SANTÉLogotype CLS Grand-Figeac
Un véritable défi pour l'avenir de notre territoire

Adapter le système local de santé est une œuvre de longue haleine. Martin Malvy puis André Mellinger ont consacré plusieurs années à rapprocher l'Hôpital et la Clinique, à obtenir les moyens financiers pour reconvertir Font Redonde et moderniser le Centre Hospitalier dont la reconstruction prochaine des services de médecine constitue une nouvelle étape. De la même manière, ils ont initié le Programme des Maisons Pluridisciplinaires de Santé il y a des années et négocié, avec l'Agence régionale de Santé, un Contrat Local.

C'est aujourd'hui une priorité pour le Grand-Figeac. Afin de réduire les inégalités sociales et territoriales dans ce secteur, Martin Malvy signait fin 2015 avec l'Agence Régionale de Santé (ARS) et d'autres partenaires (*) un Contrat Local de Santé (CLS) pour une durée de 5 ans. En avril 2016, un coordinateur était recruté pour piloter, animer et suivre la démarche globale du CLS au sein de la collectivité en collaboration avec l'ARS et les différents acteurs impliqués dans le projet.
Confronté au vieillissement des médecins exerçant sur son territoire et à la difficulté d'y attirer de nouveaux praticiens, le Grand-Figeac a décidé de se mobiliser pour garantir à la population un accès aux soins suffisant.

Les 3 priorités du CLS

Flèche bleue favoriser et accompagner les structures d'exercice regroupé : Pôle de santé, Maison de Santé Pluridisciplinaire (MSP), Centre de Santé (CDS).
Flèche bleue accueillir de nouveaux praticiens et promouvoir l'attractivité du territoire.
Flèche bleue favoriser le lien ville/hôpital

Cela passe notamment par le soutien financier apporté aux projets de MSP portées par les Communes. Pour diversifier l'offre et répondre aux attentes des professionnels, la Communauté innove et propose également la création d'un Centre de Santé où les médecins sont salariés.

Afin de créer un projet de santé de territoire avec une offre de soin structurée, la Communauté travaille depuis plusieurs mois à l'émergence d'un véritable réseau entre les différents projets en associant tous les acteurs de la santé dans une démarche collective au service des citoyens.
Trois Pôles de Santé ont été définis :

Carré bleu Figeac/Capdenac-Gare
Carré bleu Assier/Livernon
Carré bleu Aynac/Leyme/Lacapelle-Marival

Sur chacun de ces Pôles, des dossiers de structures regroupées (MSP, CDS) sont à l'étude ou en cours de réalisation :

Carré bleu À Figeac, le projet de santé a été validé par l'ARS en décembre 2015. La future MSP sera livrée en décembre 2018.
Carré bleu Capdenac-Gare devrait voir son projet de santé validé par l'ARS au prochain comité en mars 2017. Le choix du site de la future MSP est en cours. Elle devrait être livrée début 2019.
Carré bleu Sur le Pôle Assier/Livernon, le projet de santé a été validé par l'ARS en juin 2015. Un nouveau médecin est arrivé à la MSP d'Assier en mai 2016. Un projet d'agrandissement de la structure est en cours au rez-de-chaussée avec la création d'un cabinet dentaire, d'une salle de soins, d'une salle de réunion et de deux cabinets médicaux.
Carré bleu Bagnac-sur-Célé a une maison médicale (inaugurée en 2008) mais non labellisée MSP.Pose de la 1ère pierre de la MSP
Carré bleu À Lacapelle-Marival, les travaux de la MSP sont déjà bien engagés. La première pierre était posée le 19 novembre 2016 (voir encadré).

 

(*) Les autres signataires du CLS : la CPAM du Lot, la MSA Midi-Pyrénées Nord et la Mutualité Française.
(**) Service de Soins Infirmiers à Domicile

LACAPELLE-MARIVAL

L'ancien presbytère transformé en Maison de Santé Pluridisciplinaire

Le projet est en gestation depuis plusieurs années. Dès 2006, la Communauté de Communes de l'époque (Causse-Ségala-Limargue) s'engage dans une démarche d'organisation collective des professionnels de santé libéraux sur son territoire. Dans un premier temps, la création d'une maison médicale est envisagée.
Quelques années plus tard, les professionnels de santé du secteur et l'ARS ébauchent ensemble un projet médical autour de la zone Lacapelle-Marival/Leyme/Aynac/Cardaillac. Fin 2012, la Communauté faisait appel à un cabinet conseil pour rédiger et formaliser le projet de santé du territoire. Ce dernier fut validé par l'ARS en décembre 2013.

La Maison de Santé Pluridisciplinaire de Lacapelle-Marival se situe au cœur du Pôle de Santé Lacapelle-Marival/Leyme/Aynac. Le projet immobilier lancé par la Commune, maître d'ouvrage, consiste à rénover l'ancien presbytère, inoccupé depuis des années. La maîtrise d'œuvre a été confiée à l'architecte Pierre Rouede. Les travaux ont débuté en juin 2016.

La MSP s'organisera sur 473 m2 de la manière suivante :

Carré blanc au rez-de-chaussée : un cabinet de kinésithérapie, une salle pour la petite urgence et deux bureaux
Carré blanc au 1er étage : deux cabinets médicaux, deux cabinets infirmiers et un espace accueil/secrétariat
Carré blanc au 2ème étage : un palier et un local technique
Carré blanc dans les combles : le SSIAD (**), une salle commune et un logement équipé (pouvant accueillir un médecin remplaçant ou un interne)

L'opération, d'un montant global de 830 000 € HT (travaux et honoraires), est financée par l'État (250 000 €), la Région Occitanie (112 500 €), le Département du Lot (41 400 €). Pour soutenir le projet porté par la Commune de Lacapelle-Marival, le Grand-Figeac a voté un fonds de concours de 213 050 €.

Le 1er décembre 2016, la Commune de Lacapelle-Marival accueillait avec soulagement un nouveau médecin, le Dr Eugenio Martin Miranda, arrivé d'Espagne. En attendant l'ouverture de la MSP, annoncée pour la fin de l'année 2017, ce dernier a démarré son activité dans les locaux de la Maison des Services, située à proximité, où exerce déjà une sage-femme.

Enfin, il est prévu de recruter deux à trois médecins généralistes salariés sur le Pôle Lacapelle-Marival/Leyme/Aynac qui auront vocation à exercer au Centre de santé dont le siège sera à lacapelle-Marival, avec, au départ, une antenne à Leyme et une autre à Aynac pour des permanences. Le premier médecin pourrait débuter dès mai 2017 à la Maison des Services de Lacapelle-Marival.
Dès l'ouverture du bâtiment en rénovation, le Centre de Santé pourrait intégrer les locaux de la MSP. Le salariat permet d'offrir aux médecins des conditions de travail attractives - ils sont dégagés des tâches administratives et ont des emplois du temps maîtrisés - ce qui facilite le recrutement.

 

Coordinateur du Contrat Local de Santé du Grand-Figeac Alexandre
Albert-Aguilar,

coordinateur
du Contrat Local de Santé
du Grand-Figeac

 

Ingénieur météorologue de formation, il a principalement travaillé pour la mission de service public de Météo-France, à savoir la sécurité des personnes et des biens grâce à la surveillance et à la prévision des phénomènes météorologiques. Il a occupé différents postes à Paris et la Petite Couronne, en régions Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et Bourgogne-Franche-Comté et, dernièrement, à l'Observatoire Midi-Pyrénées de Toulouse.

"Ces dix années d'expérience, m'ont permis de comprendre qu'en dehors des aspects scientifiques et techniques, j'étais profondément stimulé par le fait que tout le monde est concerné par la météorologie, une science multidisciplinaire qui comporte de nombreuses interactions avec l'agriculture, la pollution, l'urbanisme, la santé, etc. Enfin, la problématique de l'adaptation des sociétés au changement climatique est l'un des défis majeurs pour les décennies à venir. De même, la problématique de la santé est universelle.

Au-delà du rapprochement familial, ce poste m'intéresse pour trois raisons principales :
■ la mission de service public de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.
■ l'étendue des problématiques, leur transversalité et le nombre d'acteurs impliqués. Le fait qu'il s'agit d'une action qui s'inscrive dans la durée, avec un volet prévention.
■ à titre plus personnel, la problématique de démographie médicale sur le Grand-Figeac car mon épouse est actuellement interne en médecine générale à Figeac".

 

Agir ensemble contre les inégalités sociales et territoriales de santé

Signature du Contrat Local de Santé du Grand-Figeac

Vendredi 6 novembre 2015, signature du Contrat Local de Santé du Grand-Figeac par les cinq partenaires.

 

En matière de santé, le bassin de vie du Grand-Figeac est confronté, comme nombre de territoires ruraux, à plusieurs problématiques parmi lesquelles l'accès aux infrastructures de soins, la pénurie de médecins généralistes et spécialistes et la difficulté à attirer de nouveaux praticiens. Pour faire face à cette situation, à l'automne 2014 la Communauté de Communes s'est engagée aux côtés de l'Agence Régionale de Santé dans la mise en œuvre d'un Contrat Local de Santé (CLS).

Issu de la loi «Hôpital, Patients, Santé, territoire» du 21 juillet 2009, le CLS est un dispositif qui permet de déployer la politique nationale de lutte contre les inégalités sociales de santé en tenant compte des réalités et caractéristiques d'un territoire.

Pour le Grand-Figeac, son élaboration a nécessité durant un an la mobilisation et la concertation de nombreux acteurs locaux.
Sur la base des deux diagnostics réalisés sur le territoire intercommunal - l'un quantitatif mené par l'ORSMIP(*), l'autre qualitatif par l'IREPS(**) - le Comité de pilotage a retenu trois axes prioritaires :

fleche_orange améliorer l'accès aux soins en travaillant par exemple auprès des populations vulnérables et fragilisées, en soutenant l'implantation de nouveaux professionnels de santé et en créant des regroupements (maison médicale... )

fleche_orange les travaux relatifs aux parcours de santé des personnes âgées en préservant leur autonomie, en prévenant la dépendance, en rompant l'isolement et en palliant leurs difficultés de mobilité...

fleche_orange développer l'accès à la prévention en coordonnant mieux les acteurs du réseau, en proposant des actions de sensibilisation à la nutrition, aux addictions, au dépistage des cancers du sein et du côlon...

Quatre groupes de travail, composés de professionnels de santé, d'élus, de partenaires institutionnels et associatifs se sont réunis à plusieurs reprises pour réfléchir à ces problématiques de santé. À l'issue de ces réunions, 16 fiches actions ont été élaborées.

Un engagement institutionnel sur 5 ans

Le CLS du Grand-Figeac a donc été signé le 6 novembre 2015 par Martin Malvy, président de la Communauté de Communes, Monique Cavalier, directrice de l'Agence Régionale de Santé Midi-Pyrénées, Vincent Maginot, directeur de la CPAM du Lot, Jean-Louis Bonnet, directeur général adjoint de la MSA Midi-Pyrénées Nord et Nicole Fournier, déléguée départementale de la Mutualité Française.
Afin d'assurer sa mise en œuvre à partir du 1er janvier 2016, la Communauté a lancé le recrutement d'un coordinateur. Début 2016, tous les partenaires qui souhaiteraient s'inscrire dans la démarche pourront signer une charte d'engagement.

(*) Observatoire Régional de Santé Midi-Pyrénées
(**) Instance Régionale de l'Education et de la Promotion de la Santé

Une Maison de Santé Pluridisciplinaire à l'étude

Dans le cadre du Contrat Local de Santé, la Ville de Figeac a engagé une réflexion sur la création d'une Maison de Santé Pluridisciplinaire (MSP). Le 23 septembre 2015, le Conseil Municipal a voté à l'unanimité le lancement d'une étude de programmation afin de déterminer la faisabilité du projet et d'estimer l'enveloppe financière du projet.
Il s'agit d'un projet d'intérêt public qui viserait à offrir à la population un ensemble de services de santé en regroupant sur un même lieu des activités médicales et paramédicales (consultations de médecins généralistes et de spécialistes, cabinets d'infirmiers libéraux mais aussi permanences des acteurs de la prévention et des services sociaux). Loin d'être une simple juxtaposition de cabinets médicaux, la MSP s'inscrit dans un projet d'actions en direction de la population.

 

Télécharger le document

 

 

 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bouton haut de page

 
 
© COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU GRAND - FIGEAC - 2014   |   Plan du site   |   Tous droits réservés