Plaquette SOLIHA Grand-Figeac 2021

[ Téléchargez la plaquette SOLIHA - Habiter le GRAND-FIGEAC ]

 

 

AMÉLIORATION
DE L'HABITAT

Des aides pour financer les travaux
chez les particuliers

 

Logotype Habiter le Grand-Figeac

 

Depuis plus de 15 ans, la Communauté de Communes du Grand-Figeac est fortement engagée dans des dispositifs d'amélioration de l'Habitat privé.

En 2016, avec le lancement du Programme d'Intérêt Général « Habiter le Grand-Figeac », un coup d'accélérateur est donné, ce qui a permis à plusieurs centaines de familles du territoire de bénéficier d'aides techniques, administratives et financières et ainsi d'améliorer sensiblement leur cadre de vie.

En 2021, les élus du Grand-Figeac ont souhaité reconduire ce Programme d'Intérêt Général (PIG), et le renforcer par deux opérations spécifiques, une OPAH (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat) ciblant la requalification des centresbourgs d'Aynac, Bagnac-sur-Célé, Lacapelle-Marival et Latronquière, et une OPAH-RU (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat - Renouvellement Urbain), qui inclut la revitalisation urbaine du centre-bourg de Cajarc, ainsi que des centres-villes de Figeac et Capdenac-Gare.

 

OBJECTIFS

Mobiliser des financements de l'Agence Nationale de l'Habitat (ANAH), de la Région Occitanie, du Département du Lot, du Grand-Figeac et des Communes pour poursuivre la lutte contre l'habitat indigne et dégradé, améliorer la performance énergétique des logements, permettre aux personnes vieillissantes de rester dans leur logement, mais aussi reconquérir le parc de logements inoccupés, préserver et mettre en valeur le patrimoine architectural, attirer de nouvelles populations dans les centres-bourgs et centres-villes…

 

Logotype ANHA                Logotype Région Occitanie                Logotype Conseil Général du Lot

QUELS SONT LES
TRAVAUX ÉLIGIBLES ?

Les travaux subventionnés doivent contribuer à l'amélioration des logements en termes de salubrité, de confort et de sécurité.

 

ÉCONOMIES D'ÉNERGIES
Isolation des murs, des combles, des planchers
Remplacement ou installation d'un système de chauffage
Remplacement des menuiseries
Remplacement d'un ballon d'eau chaude
Pose d'un système de ventilation (VMC…)

 

ADAPTATION AU VIEILLISSEMENT
ET AUX HANDICAPS

Modification de l'aménagement et de l'équipement des pièces d'eau (salle de bains, cuisine…)
Élargissement des portes
Construction de main-courante, rampe ou barre d'appui
Mise en place de monte escalier
Suppression des marches, seuils, ressauts…
Modifications des systèmes d'ouverture et de fermeture

 

RÉHABILITATION TOTALE DE LOGEMENTS INSALUBRES, DÉGRADÉS
Murs porteurs, charpente, couverture
Sanitaires, plomberie
Électricité
Isolation
Menuiseries…

Dans les secteurs couverts par l'OPAH et l'OPAH-RU, les Communes ont également mis en place des aides complémentaires à celles de l'ANAH, des aides pour le ravalement des façades, des primes pour l'accession à la propriété et des primes pour la sortie de vacance des logements.

 

Plus d'informations
Direction de l'Aménagement, de l'Urbanisme et de l'Habitat 05 65 11 08 08 - amenagement.urbanisme@grand-figeac.fr

Symbole EuroQUI PEUT
BÉNÉFICIER DE
CES AIDES ?

 

Les propriétaires occupants des 92 Communes qui composent le Grand-Figeac, sous conditions de ressources. Le logement doit avoir plus de 15 ans.


Les propriétaires bailleurs de logements de plus de 15 ans situés dans le centre bourg d'une des Communes composant l'armature urbaine du territoire, dégradés, insalubres ou énergivores, moyennant le conventionnement de leur logement pour une durée de 9 ans.

QUELLES SONT LES DÉMARCHES ?

Le Grand-Figeac vous accompagne gratuitement dans vos démarches : Appelez le 05 32 09 54 80 ou envoyez un mél à habiterlegrandfigeac@soliha.fr

Si votre projet est éligible, une visite à domicile vous sera proposée pour l'affiner et vous conseiller sur les travaux à réaliser et les devis à demander aux artisans.

 

ET ENSUITE ?
Le conseiller technique s'occupe de tout : il contrôle les devis et dépose pour vous les dossiers de demandes d'aides auprès des différents financeurs : ANAH, Région, Département, Communauté de Communes, Communes, Caisses de retraite, … Il vous accompagne jusqu'à la fin des travaux et jusqu'au versement de la dernière subvention.

 

Panneau dangerAttention : les travaux ne doivent pas être entrepris avant l'accord définitif des financeurs !

 

Une conseillère Habitat vérifiera votre éligibilité (pensez à vous munir de votre dernier avis d'imposition quand vous téléphonerez), et vous proposera un rendez-vous avec un Conseiller Technique dans l'une des 13 permanences organisées chaque mois et réparties sur 7 Communes.

LES PERMANENCES SUR RENDEZ-VOUS

Vous avez un projet de rénovation et vous souhaitez savoir s'il est éligible à des aides financières ?

Vous voulez connaître les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre et leur montant ?

Vous avez besoin d'aide pour le montage des dossiers de demandes de subventions ?

VOUS POUVEZ BÉNÉFICIER D'INFORMATIONS ET CONSEILS GRATUITS

Les équipes de SOLIHA vous reçoivent SUR RENDEZ-VOUS dans l'un des 7 bureaux de permanence répartis sur le territoire.

Prise de rendez-vousPour prendre RDV

appelez le :
05 32 09 54 80

ou par mél :
habiterlegrandfigeac@soliha.fr

Logotype Habiter le Grand-Figeac

Permanences SOLIHA Grand-Figeac

• CAPDENAC-GARE 
Local associatif 
2 rue Victor Hugo 
Les 1er et 3e mardis du mois 
de 9h30 à 12h30 

• LATRONQUIÈRE 
Maison France Services
rue du Foirail 
Les 2e et 4e mardis du mois 
de 9h30 à 12h30 

• FIGEAC 
Maison de la Formation 
6 avenue Bernard Fontanges 
Tous les jeudis 
de 9h30 à 12h30 

• BAGNAC-SUR-CÉLÉ 
Mairie 
27 avenue Joseph Canteloube 
Le 1er jeudi du mois 
de 9h30 à 12h30 

• CAJARC 
Maison des services 
Place du Foirail 
Le 2e mercredi du mois 
de 9h30 à 12h30 

• LACAPELLE-MARIVAL 
Bureaux du Grand-Figeac 
ZA Despeyroux 
Les 2e et 4e jeudis du mois 
de 9h30 à 12h30 

• AYNAC 
Mairie 
Les 3e mardis du mois 
de 9h30 à 12h30 

 

ILS EN ONT BÉNÉFICIÉ,
ILS TÉMOIGNENT…

 

Réhabilitation salle de bains 1

Avant

Réhabilitation salle de bains 2

Après

Yvette, 86 ans, vit à Bagnac-sur-Célé

Je vis seule depuis 15 ans dans cette maison où j'ai élevé mes enfants. Je n'osais plus entrer dans la baignoire, c'était glissant, j'avais peur de tomber. Mes enfants m'ont conseillée d'installer une douche et se sont renseignés auprès de la Mairie de Bagnac-Sur- Célé pour avoir des aides, car j'ai des petites ressources. Ma fille m'a emmenée à la permanence organisée par la Communauté de Communes, et la conseillère technique a posé des questions sur mon projet. Je voulais juste remplacer la baignoire par une douche. Elle est venue ensuite chez moi, et m'a proposé de casser la cloison entre les WC et la salle de bains, pour ne faire qu'une pièce et agrandir l'espace. Les WC étaient très petits et la porte s'ouvrait vers l'intérieur, si j'avais un malaise je risquais d'être coincée. Elle a fait un croquis pour m'expliquer. J'ai demandé un devis à un plombier et à un carreleur que je connaissais.

Elle a fait les demandes de subventions auprès de l'ANAH, de la Communauté de Communes, et de la Caisse de retraite, puis est revenue me faire signer le plan de financement.

Sur les 11 461 € que coûtaient les travaux, 9 118 € étaient pris en charge. C'était une bonne surprise ! Je n'aurais pas pu faire ces travaux sinon. Ils ont duré deux semaines à peine, et j'ai eu les subventions très rapidement.

Aujourd'hui je vis sereinement, je n'ai pas besoin d'aide pour me laver, et je n'ai plus peur de glisser, en plus le carrelage est antidérapant !

Gina, 62 ans, a pu réhabiliter en totalité sa maison à Latronquière

Travaux de réhabilitation 1

Avec mon mari nous avions acheté et rénové une ancienne laiterie dans l'Aveyron. Après son décès, mes enfants ont quitté le nid et je me suis retrouvée seule. J'ai vendu car j'étais incapable d'y rester. J'ai vu une annonce sur Leboncoin, une petite maison près d'un lac, avec du terrain, à Latronquière. La maison était en ruine, et le terrain était fait de broussailles. Ça m'a rappelé mon enfance aux îles, j'ai eu un coup de cœur. J'avais conservé le matériel de mon mari, et débroussailler ne me faisait pas peur, j'ai acheté le terrain et la maison en novembre 2017 pour 23 000 €.

Je suis arrivée avec ma caravane, je ne projetais pas d'habiter dans la maison tellement elle était dégradée et je n'avais pas beaucoup d'argent. J'ai investi pour habiter dans ma caravane, j'ai fait venir l'eau et l'électricité. J'ai passé des mois à débroussailler le terrain. Puis j'ai projeté de m'installer dans la maison et j'ai déposé un permis de construire J'ai fait faire des plans par un maçon. Un voisin m'a conseillée d'aller à la permanence organisée par le Grand-Figeac à la Maison Des Services de Latronquière, et j'ai rencontré une conseillère technique.

Elle a pris le relai et m'a conseillée de demander les devis pour le gros œuvre, l'électricité… Comme je suis très bricoleuse, j'ai gardé pour moi le second œuvre (carrelage, enduits, peinture, …). Comme chauffage, je voulais absolument un poêle à bois. Un thermicien est venu faire un diagnostic énergétique avec ce mode de chauffage. La Conseillère Technique a monté le plan de financement. Je pouvais avoir près de 40 % de subventions ! J'ai bénéficié des aides de l'ANAH, de la Communauté de Communes, du Département, et de l'éco-chèque de la Région. Il me manquait des fonds propres, la banque a refusé le prêt. La Conseillère Technique a demandé un prêt social auprès de SACICAP. SACICAP a également avancé les subventions pour payer les artisans. Tout au long du montage du dossier, je suis allée la voir. Il a été déposé en décembre 2018, un an après l'achat de la maison.

Travaux de réhabilitation 2

Avant

J'ai eu les accords de subventions en début d'année 2019. Les travaux ont démarré en novembre 2019. Les corps de métier ont travaillé séparément, les artisans ont terminé en octobre 2020. En parallèle j'ai posé le carrelage, j'ai fait les enduits… Pendant tout ce temps j'ai habité dans ma caravane, je pouvais surveiller le déroulement des travaux au fur et à mesure de leur avancement. Le fait d'être une femme n'a pas facilité la coordination des différents corps d'état ! Heureusement que je connaissais beaucoup de choses dans le bâtiment. C'est pour ça d'ailleurs que je n'ai pas voulu faire appel à un maître d'œuvre, sinon, cela n'aurait pas été possible. J'habite dans ma maison depuis le 4 janvier. Aujourd'hui il reste les peintures à faire. Sans ces aides, je n'aurais jamais pu faire tout ça ! Plus question de repartir maintenant, j'aspire à profiter de ma retraite en cultivant mon potager et en élevant mes animaux !

Travaux de réhabilitation 3

Après


Daniel et son épouse, 71 ans, habitants de Planioles

Nous avions un chauffage au fuel, vétuste et onéreux. En début de saison, je devais débourser près de 2 000 € en une fois pour remplir la cuve, et nous n'avions pas vraiment chaud.
J'ai su par ma maman qui était très investie dans différentes associations que nous pouvions avoir des aides pour changer de chauffage. Elle connaissait la conseillère technique qui fait les permanences pour la Communauté de Communes du Grand-Figeac, et elle lui a parlé de notre souhait de changer de mode de chauffage.

J'avais déjà fait venir une entreprise qui m'avait conseillé d'installer un poêle à granulés et avait établi un devis. Puis je suis allé à la permanence, pour connaître les aides auxquelles nous pouvions prétendre, et la Conseillère Technique m'a envoyé un thermicien pour faire un diagnostic énergétique. Le thermicien a préconisé une chaudière à granulés plutôt qu'un poêle car le réseau de chaleur était existant et en bon état, et il était préférable de l'utiliser. Il m'a indiqué que si nous en installions une, nous ferions un gain énergétique de plus de 25 %, et que nous passerions d'une étiquette D à une étiquette C. J'ai donc demandé un autre devis avec une chaudière à granulés.

Les travaux ont coûté 12 650 € et j'ai obtenu 12 445 € de subventions, de l'ANAH, du Conseil Départemental, de la Communauté de Communes et de la Caisse de retraite. Ça a été très rapide : la Conseillère Technique a déposé les dossiers en février, et, le temps d'obtenir tous les accords, nous avons pu faire les travaux en juillet. L'artisan a fait un travail très soigné, nous sommes ravis. Aujourd'hui j'achète des granulés deux fois par mois, cela nous permet de répartir les dépenses de chauffage sur l'année. Si nous avions su que cela ne nous coûterait que 205 € au final, nous nous serions décidés bien avant !

Illustration poêle à granulés
 
 
 

 

 

bouton haut de page

 
 
 
© COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU GRAND - FIGEAC - 2019   |   Plan du site   |   Tous droits réservés   |   Protection des données personnelles